Retour vers Intro  
Trouver qq chose ?
Plan
Ecrire ?
Ecrire
Qui suis-je ?
Qui


Juillet 2014
 

Istanbul, le Grand Bazar ...

 

 

Pratique - Liens
Météo
Séjours
Guide Istanbul
Photos 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Quel pied de prendre son petit-déj sur la terrasse au 7ème étage avec la vue sur les mosquées de Sultanahmet et le pont de Galata.
Je ne regrette pas l'adresse.

Alors programme cool "à la touriste" aujourd'hui.
On va trainer du côté du Grand Bazar et descendre vers le Bazar aux Épices et ... on verra bien.

On démarre en descendant vers la station de tramway de Karaköy et je cherche l'escalier Camondo.
Je ne sais même plus comment j'en ai entendu parlé et par là-même, j'apprends que tout ce quartier près du tramway regroupait l'ancien quartier des banques à la Belle Epoque.
Une partie de la famille installera aussi une banque en France.

C'est vrai qu'en faisant gaffe, on voit encore des noms qui ont maintenant disparu.
En ce moment, Juillet 2014, beaucoup d'immeubles sont en rénovation donc ça vaudra la peine de passer une tête dans 1 an environ.
   

 

 

Camondo Istanbul
Escalier Camondo par Henri Cartier-Bresson en 1964.

 
Camondo Istanbul On va dire que ça a un peu changé et les graffitis n'arrangent rien au style Art Nouveau !
       
En gros pour le retrouver, faut longer la Bankalar Cadessi.
     
Nous prenons le tramway vers Sultanahmet et on descend à la station Cemberlitas, juste avant le Grand Bazar. C'est plus pratique quand on veut aller direct à la Mosquée Nuruosmaniye qui était en plein dans les travaux en 2011.        
Facile à repérer, c'est ici que viennent se garer tous les bus de groupes !
Nuruosmaniye mosquée Elle est presque neuve, trop neuve !
   

 


Alentours du bazar

 

       

On ne va encore rentrer dans le Grand Bazar mais on part dans notre pêché mignon, la chasse aux Caravansérails ou Han.
Tu trouveras sur la page en lien ci-dessus, les cartes et infos nécessaires.
D'ailleurs, moi-même, je n'ai rien apporté et on y va au flair, des fois ça marche ... des fois .... ???
   
Ça pique les yeux !
 
C'est ainsi qu'on en trouve un qu'on n'avait jamais vu, le Büyük Yeni Han, en cherchant le Büyük Valide Han.
     
buyuk yeni han Ce sont souvent des grossistes et pas grand chose pour les particuliers.
     

       
valide han istanbul Finalement, en demandant, nous retrouvons bien le Valide Han, le + grand d'Istanbul mais en sale état !
       
En Octobre, ce petit patio était tristounet mais là, avec de la verdure, c'est presque les vacances.
     
Si la plupart des ateliers sont abandonnés, on entend quelques bruits dans les étages et un peu d'activité ici ou là.
Que vont devenir ces immenses surfaces historiques mais délabrées ?
       
Si t'as besoin de dentelles, boutons, diadèmes ou fermetures éclair au km, ici c'est le royaume de la mercerie !
     
Nous descendons toujours les quais et le bazar égyptien, sans être rentrés dans le Grand Bazar, on remontera tout à l'heure.
Lundi et beaucoup de femmes, venant de partout, pour acheter une robe de mariage, du tissu ou tout pour la maison.
       
mehmet efendi coffee Près du bazar aux épices, il ne faut pas rentrer de suite, c'est très touristique et sans grand intérêt. Il y a même des magasins d'écharpes maintenant. Un peu n'importe quoi !
    Mehmet Efendi
Mehmet efendi
 
Il faut absolument observer le magasin de café torréfié Mehmet Efendi.
Il y a tous les jours et à toutes les heures, une file d'attente pour acheter du café. Le serveur est d'une rapidité confondante.
On en trouve même sur Amazon !
-
       
bazar aux épices istanbul

Autour, au moins, ce sont de vrais magasins où viennent vraiment les stambouliotes pour acheter leur thé, leurs fruits secs, dattes ou fromages. Et tous les prix sont affichés aussi !
       
       
Nous allons faire un tour à la Yeni Camii ou Mosquée Neuve ( camii = mosquée )
       
Pendant les vacances, dans plusieurs endroits touristiques, des jeunes lycéens peuvent aider les gens et ça leur permet surtout de pouvoir parler une langue étrangère.
Nous discutons pendant 30mn avec un groupe de 4 filles ... donc ça papote un max ! A la limite, c'est nous qui leur apprenons des choses en fait mais ça rigole et c'est sympa.
L'heure de la prière arrive et nous ne rentrerons même pas dans la mosquée au final.

13h00 : Allez, où qu'on mange ?
Il y a bien un restau sur la place devant la mosquée mais c'est déjà plein d'employés du coin. Comme quoi, le Ramadan c'est pas 100% à Istanbul.
Comme il faut qu'on remonte vers le Grand Bazar, on va tester une autre de mes terrasses vers Topkapi et la station Gülhane.

J'ai 2 terrasses repérées : Le Imbat au 7ème étage de l'Orient Express et le Olive en haut de l'hôtel Erboy.
Dans le coin, le Pasazade est aussi connu mais en RdC donc pas dans notre concept.

J'ai visé le Olive Anatolian.
Et tu sais quoi ? Y'a de grandes chances qu'on ait choisi le moins bon.
Je me suis fait avoir par la photo du site qui montrait un grand buffet avec beaucoup de choix ... mais c'était pour le petit-déjeuner et la salle a changé entre-temps.
On arrive au 7ème et ... on est les seuls. Quelle poisse !
Y'a du monde partout et on retrouve l'angoisse de la Cappadoce.
Bon, la vue est là mais c'est triste à mourir. Au final, c'est pas très original et pas meilleur que la moyenne.
   

 

 

 

 

 

 

 

 


Plan Gülhane

 

       
Istanbul Grand Bazar ...        
Je suis tout content car j'arrive à me repérer tout seul dans le Grand Bazar et sans plan. ( voir plan Grand Bazar Istanbul )
Y'a des victoires ridicules comme celle-ci mais ça fait plaisir !

Comme à chaque fois que nous venons à Istanbul, Mauricette a toujours besoin d'acheter des serviettes de bain turc au même magasin ( en face du n°1 sur le plan )
       
C'est le genre de truc non négociable que j'ai renoncé à expliquer ou remettre en cause, sous peine de vengeance sur 4 générations.
       
Astarci Han Istanbul Juste en face, l'Astarci Han est toujours aussi mignon et sympa avec son petit patio bien planqué.
   
Porteurs de tapis
 
A côté le Cebeci Han, plus grand, a un marchand de tapis dans le couloir d'accès qui a tapé dans l'oeil à l'affût de Mauricette qui a encore du budget après ses 2 kilims achetés en Cappadoce.
Là, elle cherche et trouve ( quelle question .... ) 2 taies en soie pour des coussins.
Dans la boutique, ça déballe de partout ... et on attaque la réserve maintenant.
Ah, c'est fini, la question arrive : Qu'est-ce que tu en penses ?
Toujours ce moment de flottement où tu sais que tu joues ta vie, ton avenir proche et un paquet d'em....
Globalement je m'en sors, je ne sais plus trop comment et va falloir négocier car on t'attaque méchamment ici.

Voici les objets du délit : 2 housses brodées en soie d'Ouzbékistan tissées dans la montagne par des jeunes filles vierges et aux mains usées par des heures de travail : Je résume hein !
Ah oui, ici aussi, pour ceux qui ont suivi la Cappadoce ... c'est de l'ancien bien sûr et le gars annonce 50 ou 60 ans.
Je suis mort de rire !

Mauricette lâche l'affaire et c'est à moi de jouer dans ces cas-là.
On attaque tranquille à 120€ les 2 ... Bien joué mec !
Je lance au gars que le coup du vieux, de la mariée dans la montagne ou de la grand-mère dans sa grotte, j'y crois pas du tout et qu'en plus, je parie que c'est de la viscose son truc.
Branle-bas de combat, on sort le briquet pour brûler un fil car si c'est de la viscose ça fait une petite boule comme du plastique ...

Je ne propose toujours rien et je continue sur le ton de la rigolade en racontant qu'à chaque fois on nous fait le coup de la vieille ou de la jeune mariée dans sa campagne pourrie etc ....
Il se marre, c'est toujours ça et me demande un prix.
C'est là où il faut se la jouer fine.
En gros, par mon expérience, tu comptes qu'il va y avoir 3 AR pour chacun en lâchant un peu à chaque fois donc faut pas partir trop haut. C'est pas le prix qui compte à la limite c'est le nombre d'échanges.
J'attaque donc à 50€ les 2 ... puis il passe à 90 ... puis moi à 55 ... puis lui à 80 ... puis moi à 60 .. lui à 75 et je smashe à 65€, dernier prix.
Allez ça roule.

Si ça se trouve, ça vaut beaucoup moins mais tu ne le sauras jamais.
S'il est OK c'est qu'il gagne sa vie .... ne t'en fais pas !
Le prix semble correct pour nous donc peu importe.
Mauricette est contente et on continue de plaisanter sur le coup de la jeune mariée dans sa cabane en bois.
Tout le monde est content et c'est le principal.
Allez on continue à flâner et on va se boire un coup dans les allées du milieu où se trouvent plusieurs petits cafés.

 

   


Encore une machine préhistorique qui tourne

 

 

 

 

 
grand bazar istanbul

Maintenant que Mauricette a accompli sa mission et dépensé son budget, on peut passer à autre chose, à savoir :
- Acheter un souvenir à la voisine qui arrose les plantes.

Nous voilà partis pour des coupelles en céramique peinte, classique et donc source de marge éhontée pour les marchands.
Là, les gars attaquent gentiment à 25 ou 30 TL minimum la coupelle de 15 cms environ, soit 10€ la pièce. Faut pas charrier non plus !

Tout le monde te montre fièrement, en dessous, la mention "Hand made" ou "Fait à la main" ... C'est sûr, j'en doute pas.
Par contre, qui dit que c'est fait en Turquie ? Ça, c'est jamais marqué nulle part, car il y a 90% de chance que ça vienne de Chine comme celles du Maroc, de Tunisie ou même d'Ouzbékistan comme on a pu le constater.
On en chope 2 à 10 TL chaque sur un malentendu en fait mais le gars n'est pas revenu en arrière. Puis, on s'est basé sur ce prix qu'on donnait aux exemples aux autres pour qu'ils s'alignent, mais ça a été trèèèèèèèèèèèès compliqué et pas évident à trouver car on en voulait 4 au total et pas trop moches.
En tout cas, ça nous a baladé un moment, au hasard comme toujours.

Au centre du bazar, il y a une allée plus basse de plafond où se trouvent 5 ou 6 petits cafés. C'est sympa pour se reposer et boire un coup.
   

 

 

 

grand bazar istanbul
Grand Bazar Istanbul

 

 

 

istanbul grand bazar

 

 


Vive la Turquie

 
C'est aussi l'occasion de voir comment étaient les arches en pierres avant d'être recouvertes de plâtre ou d'étagères.
   

 

 
     
Beaucoup de marchands d'or et de bijoux mais c'est très typé "moyen-orient" un chouia chargé quoi.
       
Un petit caravansérail qu'on adore aussi, le Zincirli Han.
Ce qui est amusant, c'est qu'on a suivi sa rénovation depuis plus de 10 ans et il est mignon comme tout maintenant.
Ce han serait même plus vieux que le Grand Bazar !
    zincirli han caravansérail
Zincirli Han
 

       
Mosquée Rüstem Pasa ...        
18h00 :Et nous voilà en train de redescendre vers le bazar aux épices pour aller voir la petite merveille, la Mosquée Rüstem Pasa, ou Rüstem Pasha ou encore Rüstem Pacha, ... ouf !        
Pourquoi on a rajouté de la barbe à ces pauvres mannequins d'enfants ?
La plupart des touristes sont partis et on peut se balader dans le bazar un peu plus tranquillement maintenant
   


 

 
Alors oui, cette minuscule mosquée se mérite et on ne la voit jamais d'en bas. La raison ?
Elle est en hauteur.
       
Il faut trouver ce petit escalier ( il y a 2 entrées différentes ) et monter d'un étage.
       
Rüstem Pasa mosquée istanbul

Mine de rien, c'est notre 1ère mosquée du séjour et nous découvrons que, désormais, il y a un gardien pour chacune et que des châles sont prévus pour couvrir la tête de ces dames mais aussi les jambes en short de ces messieurs ... et c'est très bien ainsi !
   

 

 

iznik rüstem pasa
Iznik à Rüstem Pasa

 

 

 

 

rüstem pasha
Rüstem Pasha

 
19h00 : C'est la bonne heure. Plus de groupes, pas encore de prière.
Nous sommes seuls !
       
       

Ici, on a le catalogue complet de tous les motifs des célèbres céramiques d'Iznik et de ce fameux bleu.

iznik rustem pasa istanbul

J'adore ce panneau extérieur où les restaurateurs ont casé tout qui leur passait par les mains pour reconstituer un semblant de panneau.

Nous rentrons tranquillement vers Galata pour dîner avant d'aller à notre hôtel.
J'ai une adresse conseillée dans le genre "nouvelle cuisine turque", c'est vers les quais de Karaköy.
C'est le Lokanta Maya.
       
Ici aussi on fait du maquereau grillé mais c'est plus basique.
Pas de bateau et des chaises au format "dînette".
       

La Kemankes Cadessi est la rue qui longe, en retrait, les quais.
Il y a d'ailleurs plusieurs restaurants mais aussi le roi du Loukoum, Koska, et le roi du baklava, Güllüoglü.

On nous demande si nous avons réservé ... ben, non ... et on nous monte au 1er étage. Même pas vexés !
Quand je lis la carte et observe le décor, j'attendais quelque chose de plus exclusif et original.
Nous commandons, je ne sais plus trop quoi d'ailleurs, mais effectivement on sort du kebab et brochettes habituels.
Le restaurant va finir complet rapidement et nous sommes Lundi.

C'est pas mal mais pas le choc promis. En repartant, je trouve bizarre qu'il y ait 2 entrées aussi proches.
Tu sais quoi ? On a été au mauvais restaurant, 1 porte plus loin.
Quel boulet !!!!!
En fait, c'est pas évident car celui où nous étions est le Lokantasi Karaköy.
Alors Lokanta ou Lokantasi, c'est du ki-kif pour moi.

Reste plus qu'à revenir un autre soir. Au final, le Lokantasi est aussi réputé et à la mode mais dans une tranche moins élaborée.

Pour digérer la honte, on prend des glaces chez Gülüoglü qu'on peut déguster sur leur terrasse.

 

       
Marché de Kadiköy et Moda ...
       
         

Guide Istanbul | Ferry Istanbul | Activités Istanbul | Hôtels Istanbul | Métro - Tramway