Retour Accueil Général  
Trouver qq chose ?
Plan
Ecrire ?
Ecrire
Qui suis-je ?
Qui
Accueil Budget Liens Plans

Page 1 - Page 2  

ARCHITECTURE - Historique
suite ....

   
Histoire
Chronologie
Immigration
Lower East Side


Architecture
Historique
Liste
Plans
Photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1916 : La Zoning Resolution ...
Il faut régler 2 problèmes : la mixité des usages des immeubles et leur taille.
On va déjà spécialiser les quartiers en 4 catégories :
- Habitation : Murray Hill par exemple ou le Upper West Side.
- Affaires : Wall Street, Midtown, Times Square ou Broadway.
- Industriel : Garment District avec les ateliers textiles entre la 34 et 42ème rue. Les imprimeries dans Hudson Street, etc ...
- Non réglementé : Ce sont les quartiers mixtes comme le Lower East Side avec ses "tenements" et ses usines et aciéries, le West Side ou le Upper East Side. Le port est inclus dans cette catégorie ainsi que les quartiers comme Chelsea où arrivent les paquebots transatlantiques.

Pour ce qui est du scandale déclenché par l'Equitable Building, on invente des règles qui vont donner naissance aux "ziggourats". Des immeubles qui vont rétrécir au fur et à mesure de leur hauteur.
Selon les zones, il faudra respecter un coefficient entre 1 et 2,5 qui déterminera la hauteur du 1er niveau selon la largeur de la rue.
Cela donne entre 14 et 18 étages avant le 1er retrait sur une avenue ou 12 maxi pour une rue.
Une fois que la surface du gratte-ciel atteint 25% de sa base, il peut grimper aussi haut que possible ....
On peut voir un exemple marquant avec le Singer à droite ... L'Equitable, lui, arrivait à un coefficient de 14 !!!

Dans les années 60, une évolution de la loi permettra une autre combine : la construction d'une plaza ou une plate-forme avec arcades.
Coup sur coup, 2 des + beaux symboles du style international vont surgir sur Park Avenue. Bienvenue au Lever House et au Seagram.
Lever House Le Lever prend l'option des arcades Le Seagram
aura sa plaza !
Seagram
Dans les 2 cas, les immeubles n'utilisent que 25% de la parcelle.
-


Mais le + beau reste à venir : les bonus !
Au pays du dollar, quoi de + normal ... Une plaza, t'as un bonus. Un espace public, la rénovation d'une station de métro ou d'un théâtre, encore un bonus .... Et il y en a 60 différents comme ça !
Un exemple : le City Spire sur la 56ème rue.
Au départ, il est limité à 34 étages. La rénovation du théâtre Civic Center lui en donne 12 de +. En rachetant les droits aériens du NY City Opéra ( ah oui, ça aussi c'est possible ! ), il en récupère encore 26 !
Au total 38 étages supplémentaires soit + du double qu'au départ .
- Elle est pas belle la vie du promoteur newyorkais !!!!

Ne t'étonne pas ensuite si Bush a proposé le même système à la réunion de Kyoto sur la pollution. C'était le même principe avec les pays riches qui auraient pu acheté les droits de rejet de déchets des pays sous-développés ....
Je ne comprend pas que les autres aient refusé ;-)

1921 : Le Port Authority ...

En association avec l'état du New Jersey où s'est déplacé la + grosse partie du trafic portuaire, la ville se dote d'un instrument moderne pour préparer l'avenir.
Cette administration va s'autofinancer grâce à l'emprunt et ne sera plus sous l'emprise des gouverneurs, maires ou électeurs. La modernisation de l'infrastructure pourra ainsi vaincre les obstructions privées sans état d'âme !
Ca démarre avec le Holland Tunnel en 1927, puis l'Outerbridge entre Staten Island et le New Jersey en 1928. Suivront en 1931, en plein marasme de l'après-krach, les Washington Bridge et le Bayonne, sans compter le Lincoln Tunnel sous l'Hudson River.
Bref, ça marche !
Une des dernières création, en 1973, sera le World Trade Center avant de le revendre en Août 2001 à un promoteur privé.
Pas de bol, le gars !

Le vrai tournant sera 1933 lorsque le nouveau maire, Fiorello La Guardia, va nommer un certain Robert Moses.
C'est le New Deal et New York décroche des crédits exceptionnels pour relancer l'économie. On va créer 200.000 emplois pour 4.000 chantiers de réhabilitation.
Central Park est à l'abandon, Bryant Park est toujours en friche après la construction de la Public Library. Pour 1.700.000 enfants, il y a 2 piscines et 110 terrains de jeux ! N'oublie pas que la ville n'est pas que Manhattan mais aussi Brooklyn, le Queens etc ....

Bref R. Moses, détenteur de pouvoirs énormes, va devenir le père du NY actuel en survivant à 8 maires et 5 gouverneurs !
La fin de son règne en 1968 vit alors sa gestion autoritaire si contestée qu'elle engendra une demande des habitants pour plus de participation démocratique, finalement accordée en 1975.

A peine arrivé, il prend en main les 68.000 hommes mis à sa disposition pour l'entretien des parcs. En quelques mois, il remet en l'état tous les parcs et squares.
Central Park, où étaient apparus des camps de fortune pendant la dépression, retrouve sa jeunesse après 60 ans d'abandon.
Bryant Park est enfin inauguré avec des jardins à la française !
En 30 ans, 780 terrains de jeux, 300 courts de tennis, 700 terrains de base-ball et 10 stades nautiques seront crées.

Le dernier des 7 ponts construits sera le Verrazano.

Les reproches : 100% pour la bagnole avec un maillage de voies sur berges et d'autoroutes. Depuis 1940, aucune extension du métro et les trams sont abandonnés.
Ce sera un cercle vicieux car + les gens habitent lion, + les transports en commun deviennent irréalisables ou déficitaires.
1949 : Il faut réhabiliter le Lower East Side et on va appliquer la méthode capitaliste.
La mairie ne veut pas investir donc on négocie avec des promoteurs en leur vendant les terrains et libre à eux de démolir et reconstruire pour leur compte.
Résultat : hormis le sud du quartier, tous les nouveaux arrivants seront blancs et middle-class. Les pauvres devront aller ailleurs !
On élimine ainsi toutes les poches "ethniques" qui subsistaient tant bien que mal sur les bords de l'Hudson, à Penn Station ou Columbus.
Le fameux West Side des Portoricains, tu sais le film .... va aussi disparaître après la construction du Lincoln Center en 1959.
On va même ériger un mur de HLM au Nord de la 125ème rue qui délimite désormais Harlem ...

Alors que monte un front d'opposition sur toutes ses destructions à la fin des années 50, Robert Moses devra abandonner d'autres projets qui font froid dans le dos.
Ainsi, on prévoyait une voie express qui devait couper le bas de Manhattan en rasant SoHo, Little Italy et East Village !
-

1963 : Prise de conscience ...


Les dérapages commencent avec la destruction de Penn Station en 1963 pour une tour immonde puis c'est le Singer qui passe à la trappe en 1970.
Le Chrysler va y échapper de justesse en 1976 avant d'être classé. Quant à Grand Central Station, elle ne devra sa survie qu'à l'acharnement de Jackie Kennedy . Mine de rien, les droits aériens se montent à 400.000 m² et un projet de gratte-ciel de 55 étages était déjà dans les cartons.

1975 : la ville fait faillite avec 13 milliards de dettes . Les classes moyennes et de + en + de sociétés fuient pour la banlieue, + sûre et moins chère, d'où un déficit de revenus fiscaux entre autres.
Les artistes vont récupérer les anciens ateliers de SoHo, les désormais incontournables lofts .....

Désormais, les habitants veulent gérer leur quartier et fondent des Business Improvment District . Ces associations peuvent lever des impôts supplémentaires mais pour leur propre compte.
Une façon de contrôler la destination de son argent !
Le 1er quartier sera celui de Penn Station et de la 34ème Rue Ouest coincé entre les dealers et les sans-abris qui campent aux abords de la gare.

Des milliers d'associations de quartiers, de locataires ou même d'immeubles .... 50 conseils communautaires nommés par les présidents des 5 districts .... l'évolution devra maintenant se faire + en douceur et trouver une nouvelle voie pour que la ville continue à se régénérer !
Alors que s'achèvent des dizaines de projets et que le chantier du World Trade Center est en cours, New York va entrer dans une nouvelle ère.

Même si la ville a toujours su rebondir au + fort des crises, elle n'a plus les moyens d'intégrer les nouveaux arrivants avec des postes dans l'administration. Elle ne produit plus d'équipements collectifs et entretient à peine les infrastructures mises en place lors du New Deal.
Les chantiers pharaoniques trouveront toujours une opposition, les destructions d'immeubles anciens seront de + en + difficiles .

Aujourd'hui les nouveaux monstres de 80 ou 100 étages sont en Asie.
C'est la Chine, Hong Kong, la Malaisie ou Singapour qui sont le nouvel Eldorado des architectes les + renommés et des projets les + fous !

Et si New York devenait raisonnable .... Qu'en restera t'il ?

L'architecte Le Corbusier qui signera le siège de l'ONU dira en 1937 :
- " New York est une ville debout sous le signe des temps nouveaux. C'est une catastrophe, mais une belle et digne catastrophe, celle dont un destin trop hâtif a accablé des gens de foi et de courage .... "

 

 
 
 


Quartier financier en 1907

 

 

 

 

 

 

 

singer
Le Singer

 

 

 

 

 

 

 

 

city spire new york
Le City Spire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bryant park
Bryant Park